Barrage d'Emosson, Virée Verticale

Le col de la Terrasse, en boucle par le barrage d’Emosson

En cette période si particulière où l’on ne peut qu’admirer les montagnes de loin… C’est le moment de se replonger dans les souvenirs de ses belles sorties de la saison ! Aujourd’hui, je vous emmène au col de la Terrasse, pour une boucle de ski de rando entre France et Suisse, par le barrage d’Emosson.


Jour 1 : autour des chalets de la Loriaz

Nous sommes le 22 février 2020, et le week-end démarre sous le soleil au parking du Couteray, par une première ascension en direction des chalets de la Loriaz. Alors que la neige était au rendez-vous toute la semaine, la chaleur de ces derniers jours à fait fondre la fine couche qui recouvrait le chemin, et c’est les skis sur le dos que nous avalons les 300 premiers mètres de dénivelé. Nous finissons par chausser les skis et débouchons sur le plateau, avant d’atteindre les chalets, juste à l’heure de l’apéro.

Sur la crête du Charmoz
Sur la crête du Charmoz

Une petite pause pour manger, et puis nous partons faire un tour à la pointe du Charmoz, un peu plus de 300 mètres au-dessus du refuge. On redescend du même côté, la neige est top à skier et nous décidons donc de faire encore un peu de dénivelé en grimpant une petite butte, du coté de l’Aiguille de la Loriaz. Au total, un peu plus de 1 300 mètres de dénivelé sous une météo parfaite, avec la dream team, pour cette première journée !

Vue depuis les chalets de la Loriaz, sous le col de la Terrasse - Virée Verticale
Vue depuis les chalets de la Loriaz, sous le col de la Terrasse – Virée Verticale

Jour 2 : le col de la Terrasse en boucle par Emosson

Le réveil est assez tardif le dimanche, nous ne voulons pas partir trop tôt pour éviter la descente en neige béton. Le plan initial consiste à monter au col de la Terrasse, avant de rejoindre le pointe du même nom et de redescendre dans la combe sous la pointe.

Nous chaussons les skis à 8h30 et attaquons la montée, d’abord en traversée sous le Charmoz, et puis dans la combe. Il fait chaud et le soleil ramollit vite la neige. Sous le col, le couloir devient assez raide et dans la neige ramollie, les conversions deviennent assez approximatives. On débouche finalement tous les 6 au col, en évitant la corniche par la droite.

De là, on se rend vite compte que tous les randonneurs partis avant nous optent pour une toute autre solution que celle envisagée : une boucle par le barrage d’Emosson. L’itinéraire nous semble plus compliqué que prévu pour rejoindre la pointe, et nous n’avons surtout aucune envie de redescendre la combe dans cette neige complètement instable. On décide donc à l’unanimité de suivre les autres et de partir pour une boucle, qui nous amènera à la gare de Finhaut, du côté suisse.

Descente sur le lac d'Emosson, la vue est magnifique
Descente sur le lac d’Emosson, la vue est magnifique

Nous attaquons donc la descente en direction du barrage d’Emosson, par la gorge de la Veudale. On distingue très vite le lac d’Emosson et son barrage. Je n’avais jamais vu ce paysage en hiver, et c’est tout simplement magnifique ! Encore quelques virages, une petite remontée en peaux de phoques et nous attaquons la traversée du barrage à skis. Une dernière remontée, et nous rejoignons le petit plateau qui surplombe le lac, départ de notre toute dernière descente du jour.


7 kilomètres à pied !

Deux options s’offrent à nous pour descendre, l’une en traversée sur la gauche, l’autre, plus directe, dans la combe. On décide de partir tout droit pour profiter de quelques bons virages dans cette neige encore bonne, mais nous sommes très rapidement stoppés dans notre élan en atteignant la route, complètement déneigée. De là, nous devrons avaler plus de 7 kilomètres, skis sur le dos, avant de rejoindre la gare de Finhaut !

La partie moins marrante : 7km sur le bitume
La partie moins marrante : 7 km sur le bitume

Le dernier défi du jour ? Trouver une voiture pour nous emmener récupérer les nôtres au Couteray, et ainsi nous éviter de prendre le train pour terminer cette journée. Mission brillamment relevée par Emilie, qui s’est jetée sur la première voiture qui passait… La technique a fonctionné, et nous avons clôturé ce périple en beauté !

En tout cas, si vous prévoyez une virée au col de la Terrasse, pensez à cette jolie boucle par Emosson, qui vaut le détour ! Des paysages variés, magiques, et une logistique facilitée grâce au train qui relie Finhaut au Buet !

Vous souhaitez plus d’idées de virées ski de randonnée ? Je vous propose de lire cet article, pour découvrir la Vanoise version ski de randonnée… Ou encore celui-ci, au sujet d’un week-end printanier dans le Champsaur. De quoi faire rêver pendant ces longues journées à rester confinés !

Je vous dis à bientôt pour de nouvelles virées,
Estelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *